• Citylab Alliance


#citylab_alliance

Les biens communs dans la ville


Du 13 au 20 novembre 2020 en discontinuité

13 novembre après-midi

16 novembre

18 novembre matin

20 novembre

Présentation


Les étudiants de l’Ecole Centrale de Nantes, Audencia et l’Ecole Supérieure d’Architecture de Nantes (ensa Nantes) répondront aux problématiques proposées par 5 structures partenaires. En trois jours, et pour la première fois en format distanciel, ils devront créer de nouveaux services/objets pour renforcer les notions de biens communs dans la ville.

nantes-citylab

Pour cette 5ème édition, les étudiants devront appréhender la question des biens communs dans la ville en s’interrogeant sur la nature des ressources concernées, la manière dont elles sont mobilisées, régulées au sein de notre société et à qui elles bénéficient.

En prenant connaissance des enjeux des structures partenaires, ils imagineront des concepts et des services réalistes et originaux.

Pour répondre aux problématiques soumises par ces partenaires, les étudiants vont :

  • Schématiser les usages des biens communs concernés dans la ville,
  • Proposer des alternatives et des modalités de mise en œuvre,
  • Restituer leur proposition sous format vidéo qui sera soumise au vote du public.

Pour la première fois et en raison de la crise sanitaire, Citylab Alliance adapte son format et propose une expérience hackathon en ligne. Les étudiants se retrouvent sur un environnement numérique pour collaborer et partager leur travail.

Retour d’expériences


L’hybridation des compétences en action

City Lab Alliance repose sur un format hackathon où  connaissances, compétences de chacun servent une cause commune. On n’efface pas les spécificités, on ajoute les atouts de chacun.

En amont du Citylab Alliance, professeurs et ingénieur pédagogique préparent le protocole d’animation en adéquation avec les problématiques des entreprises. 3 étapes se succèdent pendant 3 jours : l’idéation, le prototypage et le partage des productions.

Une des difficultés est de bien s’écouter, de comprendre les idées des autres et d’aménager son idée vers un compromis partagé par tous. Ces travaux s’éloignent de l’enseignement traditionnel, mais mobilisent un savoir-faire collectif qui reflète les besoins dans la vie d’entreprise. Convaincre en peu de temps avec des arguments fondés et testés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Clôture de la 4e édition du Citylab Alliance

Alors que vient d’être adoptée la Loi d’orientation des mobilités, les sept programmes des 3 écoles de l’Alliance achèvent la 4e édition du Citylab. Les 110 étudiants concernés ont planché pendant 3 jours consécutifs sur les problèmes apportés par 11 partenaires sur les questions de mobilités.

Les méthodes employées reposent sur celles du design thinking avec l’engagement de 11 étudiants en amont du dispositif qui ont joué le rôle de facilitateurs. Armés d’un protocole d’animation, d’une boîte à outils et accompagnés par une équipe pédagogique de 6 personnes, ils ont guidé leur groupe pour répondre au mieux aux problèmes de leur commanditaire.

La thématique prédominante cette année rejoint un des enjeux de la Loi : l’intermodalité ou comment fluidifier l’articulation entre les différents modes de transports dans la ville, sans oublier la voie fluviale. D’autres attentes ont été formulées par les partenaires notamment celles de changer les usages :  louer plutôt que posséder, rouler plus proprement et avec quelles infrastructures. Il a aussi été question de s’interroger sur les conditions d’exécution de ces « faiseurs » de l’ultramobilité.

Peut-être parce qu’il est plus facile d’utiliser des analogies dans l’innovation, toujours est-il que les grands vainqueurs de cette 4e édition du Citylab sont des groupes qui ont scénarisé leur proposition avec de grands sauts dans le temps pour imaginer un futur plus soutenable, plus souhaitable. Il s’agit des étudiants qui ont travaillé sur le problème apporté par Suez (pour le prix du jury*) et par Inddigo (pour le prix du public).

Le premier sujet consistait à déconstruire la vision généralement dérangeante des véhicules utilitaires dans la ville en proposant de développer leurs externalités positives. Le deuxième sujet portait sur une projection de l’aménagement urbain à Mayotte. L’objectif pour les étudiants étaient de réfléchir à la manière dont une ville développe ses activités autour d’une généralisation de la mobilité douce, sans passer par le système voiture. Les productions des étudiants ont été exposées et présentées au public l’après-midi du troisième jour, lors d’un forum ouvert.

*le jury était composé de Jean-Pierre ELLOY, Délégué général Alliance ; Gilles FARGE, Responsable Mission d’appui à la Direction des Services de Mobilité, au Département des Déplacements de Nantes Métropole ; Cédric SEUREAU, Responsable de programme de Recherche Interconnecting Attractive Territories » chez Orange

Structure partenaires 2020


 

 

Equipe


Anne Launois

Responsable du Mastère Spécialisé "Marketing Digital"
Audencia Business School
alaunois@audencia.com

Myriam Servières

Responsable de l'option UrbaniSTIC
École Centrale Nantes
myriam.servieres@ec-nantes.fr

Vincent Tourre

Enseignant-chercheur
École Centrale Nantes
vincent.tourre@ec-nantes.fr

Julien Pierre

Enseignant-chercheur
Audencia SciencesCom
julienpierre@audencia.com

Aline Polipowski

Responsable projet
Audencia
apolipowski@audencia.com

Sylvain Gaste

Maitre de conférences
ensa Nantes
sylvain.gaste@nantes.archi

Etudiants